La Séparation des Traces

La Séparation des Traces

Francis Reusser, photographe et réalisateur mythique, part à la recherche de son passé. Parcourant les rues d’Evian, les alpes et les images de ses films préférés, Reusser construit un carnet de voyage à travers sa mémoire cinématographique. Une topographie sentimentale inclassable et émouvante, pleine de nostalgie mais aussi de bonne humeur. Un chant de résistance. 

Le sujet ici se confond avec l’auteur, son rapport au monde, son capital mémoire. Archives jamais ouvertes, images et sons. L’enfance et ses lieux, la solitude orpheline, les premières vacances parmi les GI’S démobilisés. La délinquance juvénile à l’époque des blousons noirs et des mobylettes, la première caméra : la Fernsehen noir et blanc à tourelle de la Télévision romande. La découverte de la mise en scène, la nuit des bars, des mélanges, les paysages alpins qui se déplient sur la pellicule Eastman. Son voyage au cinéaste, du milieu d’un siècle au premier quart d’un autre, films et expérimentations numériques tous azimuts. Film d’un vivant parmi les morts. Souvenirs entrechoqués qui crachent les petites saletés des uns et de soi-même. Son auteur s’incarne au contour d’un plan, silhouette malmenée, le regard posé sur le déroulement de sa vie qu’il voit défiler. 

L’Invité

L’Invité

La vie monotone de Guido et Chiara est soudain chamboulée par un préservatif foutu. Guido, 38 ans, est parqué sur les canapés de ses amis. Il essaie de transformer ces turbulences en une chance de prendre un nouveau départ.

Guido mène une vie heureuse et simple avec sa petite amie Chiara jusqu’à ce qu’un jour un préservatif cassé vienne chambouler leur existence. Lorsque Guido flirte avec l’idée de fonder une famille, Chiara admet ses doutes grandissantes sur leur relation. Ils se disputent jusqu’à ce que Guido fasse ses valises et parte. Puisqu’il n’arrive pas à être seul, il demande à ses parents et aux amis de l’héberger. Alors qu’il fait la navette d’un canapé à l’autre, il acquiert une toute nouvelle perspective sur les relations quotidiennes et les enchevêtrements romantiques de sa famille et de ses amis. Guido, bientôt 40 ans, est loin du point où il s’est toujours vu à cette étape de vie. Désorienté à la fin d’un amour, il trouve encore le moyen de prendre les choses à la légère et d’envisager l’avenir avec le sourire.