Love Me Tender

Love Me Tender

Dans son costume bleu, l’anti-héroinne Seconda n’étonne et enchante pas seulement, mais irrite aussi. La danseuse de 32 ans souffre d’agoraphobie et a peur des grands espaces. Lorsque sa mère meurt et que son père déménage, Seconda est soudainement laissée à elle-même et forcée d’affronter ses peurs. Elle trouve son chemin et surprend avec des idées vives et des jeux lascifs.
La réalisatrice Klaudia Reynicke dresse le portrait humoristique d’une jeune femme qui surmonte des obstacles apparemment insurmontables d’une manière originale.

 

Shalom Allah

Shalom Allah

Aïcha, Johan et le couple Lo Manto ont fait un pas dans leur vie qui a dérangé beaucoup de gens autour d’eux. Ils ont fait le credo musulman. C’est le début de leur transformation et de leur réorientation. Aïcha quitte la province rurale pour la grande ville et suit euphoriquement les règles strictes de sa nouvelle religion. Les Lo Mantos tentent de s’affirmer contre les préjugés dans leur environnement. Et Johan ? Il porte une barbe et flirte avec son rôle de musulman dévot. Ou est-ce que le cinéaste David Vogel ne fait que l’imaginer ? Quel rôle joue son propre passé juif ? Plus il accompagne ses protagonistes longtemps, plus il sent qu’il ne peut ignorer sa propre biographie. Son passé religieux rattrape ceux qu’il pensait avoir laissés loin derrière lui.