Le film de mon père

Le film de mon père

Le réalisateur Jules Guarneri a grandi à Villars, entre un frère et une sœur adopté.e.s, dans un chalet hanté par le fantôme de sa mère morte quand il avait vingt ans. Son père, patron et gardien des chalets familiaux, transmet son héritage cinématographique à son fils, en lui demandant d’en faire son premier film. Jules décide d’en faire une opportunité pour se détacher de son père. Ainsi commence un voyage complexe, intime et divertissant vers l’indépendance.

Je Suis Noires

Je Suis Noires

En Suisse, terre de neutralité, des voix inédites s’élèvent, celles de femmes qui se battent pour la reconnaissance du racisme structurel, déconstruisent les stéréotypes et revendiquent leur double identité suisse et noire. Dans ce contexte, Rachel M’Bon, journaliste suisso-congolaise, entame sa propre quête identitaire. En cheminant vers l’affranchissement, elle interroge son passé, son présent et tend un miroir à son pays et à ses pair.e.s.

Mediterranean Fever

Mediterranean Fever

Une amitié improbable au bord de la Méditerranée: Waleed (40) rêve d’une carrière d’écrivain. Il vit à Haïfa avec sa femme et ses enfants et souffre de dépression. Le nouveau voisin, un petit délinquant, apporte un peu de lumière dans son quotidien et les deux hommes deviennent amis. Mais le voisin a de tout autres intentions. Le projet secret des deux hommes se transforme en un voyage plein de rencontres sombres.

A E I O U – Le rapide alphabet de l’amour

A E I O U – Le rapide alphabet de l’amour

Anna (Sophie Rois) a 60 ans, vit seule à Berlin-Ouest et sa carrière d’actrice célèbre est derrière elle depuis longtemps. Adrian (Milan Herms) a 17 ans et a volé le sac à main d’Anna en pleine rue. Normalement, deux personnes aussi différentes ne se rencontreraient pas une seconde fois, mais le destin en a décidé autrement. En effet, Anna, qui n’a pratiquement plus de contacts sociaux en dehors de son voisin Michel (Udo Kier), se laisse convaincre de devenir coach vocal et de donner des cours à un jeune homme souffrant de troubles du langage. Et comme par hasard, son nouvel élève n’est autre qu’Adrian.

Becoming Giulia

Becoming Giulia

Giulia Tonelli, danseuse soliste à l’Opéra de Zurich, revient de son congé de maternité. Pas à pas, elle trouve l’équilibre entre le monde compétitif et exigeant d’une compagnie de ballet d’élite et sa nouvelle vie de famille. De 2019 à 2021, le film plonge dans le microcosme du grand opéra et porte un regard intime et engagé sur le parcours d’une femme qui se réapproprie son corps, et donc soi-même, pour remonter sur scène.

Tom Medina

Tom Medina

Un western sans armes

Tom Medina est envoyé par un juge pour enfants en Camargue, chez Ulysse, un homme au grand cœur qui vit en phase avec la nature. Fasciné par les taureaux et les chevaux, habité par des visions, Tom y apprend le métier de gardian aux côtés d’Ulysse. Il ne vole plus, a soif de savoir et aspire à devenir quelqu’un d’autre. Révolté par l’hostilité qui ne change pas à son égard, il se bat pour son destin et croise le chemin de l’activiste Suzanne.

TOM MEDINA est un long métrage qui s’inspire de la vie de Tony Gatlif avant de devenir cinéaste, lorsqu’il est arrivé en France par la mer. Gatlif entrelace sa biographie avec des métaphores, transpose l’histoire dans le présent et décrit avec une grande sensibilité comment Tom ne perd jamais la dignité et la force de sa vie malgré son absence de patrie. Le film, situé dans le paysage mystique de la Camargue, vit d’images naturelles, d’un niveau sonore intense et de beaucoup de musique. Et les spectateurs sont libérés avec une fin poétique qui est un bienfait pour le cœur.

Tony Gatlif est né en 1948 en Algérie, qui faisait encore partie de la France. Son père était Kabyle et sa mère Romni. Ces deux cultures l’ont fortement influencé et inspiré une grande partie de ses films. Au début des années 1960, Gatlif a quitté l’Algérie et a émigré en France. A travers l’art dramatique et le théâtre, Gatlif est finalement arrivé au cinéma et a présenté son premier scénario avec LA RAGE AU POING. En 1975, il a tourné LA TETE EN RUINE, son premier film en tant que réalisateur. Avec LES PRINCES (1983), LATCHO DROM (1993) et GADJO DILO (1997), Tony Gatlif a créé une trilogie qui a été largement reconnue comme un rare exemple d’auto-représentation des Roms au cinéma. Avec son film EXILS, il a remporté le prix de la mise en scène au Festival international du film de Cannes en 2004.

Indes Galantes

Indes Galantes

Une nouvelle génération d’artistes peut-elle aujourd’hui conquérir la Bastille? Pour la première fois, 30 danseu.r.s.es réinventent ensemble le chef-d’œuvre baroque de Rameau, «Les Indes Galantes». Aucun d’entre eux n’a suivi de formation classique, elles sont toutes maîtres de krump, de break, de popping et de voguing. C’est une première pour le metteur en scène Clément Cogitore et pour la chorégraphe Bintou Dembélé. Et c’est une première pour l’Opéra de Paris lui-même, qui fait entrer la danse urbaine et le chant lyrique dans un dialogue vivant et coloré. Des répétitions à la première, nous suivons l’aventure de la danse et ses défis.

INDES GALANTES est un film touchant et vibrant, passionnant à tous points de vue: artistique, humain et politique. Tout en montrant la dimension collective de cette création galvanisante, la caméra laisse la place à chacun d’exprimer ses sentiments et de dire son engagement corps et âme pour l’oeuvre. Les chanteuses et les danseurs sont issus d’origines multiples et évoluent dans des mondes différents. La force de cette œuvre cinématographique est de nous montrer comment faire tomber les barrières entre ces mondes et nous admirer tous les uns les autres.

Robuste

Robuste

Aïssa est une jeune lutteuse qui doit assurer pendant quelques semaines la sécurité de Georges, une célèbre star de cinéma un peu abattue et résignée. Une relation particulière se développe entre la jeune garde du corps pragmatique et la star désabusée.

ROBUSTE est une observation pleine d’humour sur l’amitié, la tolérance et le pardon. Le film raconte les sentiments et la vie de deux mondes que tout oppose mais qui se rapprocheront grâce au lien spécial qui les unis.

Lukumuena fascine par sa capacité de s’imposer sans être impressionnée par son grand partenaire de cinéma. Lauréate en 2017 d’un César, elle fait partie des nouveaux visages du cinéma français. Depardieu brille, quant à lui, dans le persiflage jouissif de lui-même tel un bouffon insupportable et impatient.

Revue de presse
«Le film s’appuie sur une écriture perspicace, des personnages dessinés avec sensibilité et une belle musique, en grande partie acapella, qui met en valeur les aspects très humains de cette étrange amitié.»
Wendy Ide, Screendaily

«Les films n’ont pas besoin de surprendre pour charmer, et nous sommes donc enchantés de bout en bout lorsque le film donne effectivement son coup le plus inattendu.»
Jessica Kiang, Variety

«La manière dont Déborah Lukumuena, révélée dans Divines (2016) de Houda Benyamina, trouve sa place face au ‹monstre› qui l’accapare dans le film, est renversante. La jeune actrice a suffisamment de persévérance, de personnalité et de talent pour ne pas se laisser dévorer par une grande star.»
Véronique Cauhapé, Le Monde

Partenaire officiels de la promotion :
Ringclub Winterthur | Wrestling Academy Bern | Vivacitas | Delta Security AG | VSSU | Rainbow Sport Zürich

Les nouvelles Èves – Héroïnes du quotidien

Les nouvelles Èves – Héroïnes du quotidien

2021: La Suisse fête les 50 ans du droit de vote des femmes. A quoi ressemble la réalité quotidienne des femmes en Suisse aujourd’hui ? Un collectif de réalisatrices, de productrices et de caméristes primées se penche sur cette question en suivant six protagonistes dans leur quotidien.

Valeria Kepner (64 ans), retraitée à Lugano, jongle avec sa maigre pension et tombe à nouveau amoureuse. La Bâloise Naima Cuica (44 ans), originaire du Venezuela, se bat pour passer du statut d’employée de cantine à celui d’infirmière. Sophie Swaton (42 ans), professeure à Lausanne, jongle entre sa carrière et l’éducation de ses trois enfants. Sela Bieri, chanteuse d’opéra à Zurich, est confrontée à des rôles de genre stéréotypés dans son monde professionnel, tandis que son partenaire s’occupe du ménage de la famille de quatre personnes à la maison. Delphine Rozmuski (18 ans), étudiante à Genève, traque son identité de genre et Cosima Scheck (9 ans) de Bolligen rencontre dans son quotidien d’enfant des images stéréotypées qu’elle remet en question. Nous voyons leurs luttes, leurs rêves et vivons comme les portraitées, qui luttent activement contre les assignations de rôles, trébuchent sur des obstacles et se relèvent malgré tout chaque fois.

Portées par l’écho de la grève des femmes de 2019, elles sont LES NOUVELLES ÈVES, les héroïnes du quotidien qui défient les inégalités de genre toujours actuelles en Suisse.

Partenaire officiels de la promotion :
Association La Red | alliance f | Fembit | Womenmatters | SWAN | Tea Room | HEAD Genève | Terre des hommes | Bel Horizon La Chaux-de-Fonds | EVAM Vaudois | Osar | Stopexclusion | EPFelles | UNIL | Fringantes | Women Lawyers Switzerland | Succès Égalité Mixité | ADF suisse les droits des femmes | Ville de Genève bureau de l’égalité | voie F Genève | f.information | espacefemmes Fribourg | ParMi Fribourg | Gender Campus | Business Women Neuchâtel | Association Feminines Genève

Notre partenaire pour la tournée du cinéma :
Ciné-Doc

Un grand merci à :
migros kulturprozent
migros magazin

Ma Famille Afghane

Ma Famille Afghane

Lorsque Herra, une jeune Tchèque, tombe amoureuse de Nazir, un Afghan, elle n’a aucune idée du genre de vie qui l’attend dans l’Afghanistan post-taliban de 2011. Dans la famille dans laquelle elle s’intègre, il y a le grand-père libéral, le fils adoptif Maad très intelligent et la belle-sœur Freshta, prête à tout pour échapper à l’emprise violente de son mari.

MA FAMILLE AFGHANE nous touche en plein cœur. Avec sensibilité et humour, nous observons comment une structure familiale se réorganise. C’est un film fort et humain, qui prend malheureusement chaque jour plus d’importance avec les événements actuels en Afghanistan. La combinaison réussie d’une animation très esthétique et d’une histoire captivante n’enthousiasme pas seulement les fans d’animation. Ainsi, MA FAMILLE AFGHANE a déjà remporté de nombreux prix du jury, notamment à Annecy, et a été nominé pour un Golden Globe.

Revue de presse
«Ce film impitoyablement poignant mérite une grande attention. Avec un mélange de réalisme magique feutré et de vérités crues sans filtre, Pavlátová aborde la position vulnérable des femmes dans une société strictement patriarcale.»
Carlos Aguilar, New York Times

«Les événements actuels en Afghanistan devraient donner envie de voir ce film fort et humaniste, qui a reçu le prix du jury à Annecy.»
Alissa Simon, Variety

«Avec ses grands yeux tristes et son crâne démesuré, Maad est un peu différent des autres enfants. Il incarne l’humanité, la tolérance, l’amour et l’espoir qui sont au cœur de cette histoire enchanteresse et réalisée avec sensibilité.»
Wendy Ide, Screendaily

«Une observation aiguë et profonde d’une femme qui doit changer sa conception de la relation, tout en encourageant la liberté de choix de tous les autres.»
Vassilis Kroustallis, Zippy Frames

Partenaire officiels de la promotion
HSLU Design & Kunst | FIFDH | AsyLex | Brava (ehem. Terre des femmes) | Amnesty International Ticino | Seebrücke Schweiz | CzechIN Zürich | Český Klub Zürich | Botschaft der Tschechischen Republik in Bern