Vaches sur le toit

Vaches sur le toit

Entre chèvres, vaches et les Alpes, Fabiano (38 ans) devient père. Mais l’idylle est trompeuse : il s’efforce de fabriquer le fromage d’alpage comme le faisaient ses parents marginales dans les années 70. En plus des dettes, des sentiments de culpabilité le rongent. L’année dernière, un travailleur au noir macédonien a eu un accident mortel. Depuis lors, sa mort ne quitte pas l’esprit de Fabiano. Comment lui et sa petite amie Eva peuvent-ils construire une vie avec leur enfant dans des circonstances aussi difficiles ?

Avec les Alpes tessinoises au fond, le film d’Aldo Gugolz se révèle comme film captivant entre affaire criminelle et le portrait sensible d’un jeune agriculteur.

Golden Age

Golden Age

Tendre et divertissant tout au long, Golden Age donne un aperçu du monde merveilleux des super-riches de la maison de retraite de Miami : des happy hours quotidiens aux folles fêtes d’Halloween, tout est possible.

Golden Age ouvre exclusivement les portes du Palais et nous permet de participer à la vie quotidienne de ceux qui n’ont plus à s’inquiéter. Ils sont de bonne humeur, financièrement indépendants et peuvent se permettre tout ce que leur cœur désire. Mais même le luxe sans fin ne cache pas le fait que le vieillissement se transforme en business. Le film accompagne les dames et les messieurs dans leur crépuscule pompeux et le personnel dans leur monde du travail sans jamais ridiculiser les absurdités.

Madame

Madame

Madame, c’est Caroline. On voit tout de suite que derrière la coiffure coquette et les manières bourgeoises se cache beaucoup plus que le caractère fort de la vieille dame.

Le film se concentre sur sa relation avec son petit-fils Stéphane Riethauser, le réalisateur. Madame est un double portrait dans lequel la matriarche et son petit-fils homosexuel se confient mutuellement. Avec sincérité et humour, le film déconstruit en profondeur et avec un pouvoir subversif les stéréotypes de genre et retrace une saga familiale de la société bourgeoise avec des images d’archives enchantées.

 

« Un petit miracle. Un film qui ne cesse de s’ouvrir au monde, qui accueille tout un chacun dans son giron. » Pascal Gavillet, La Tribune de Genève
« Une merveille de sensibilité et de pertinence. » Jean-Jacques Roth, Le Matin Dimanche
« C’est très beau, à la fois poétique et troublant, drôle et révoltant. Un documentaire émouvant. » Marie-Pierre Genecand, Le Temps
« Un autoportrait sans concession, d’une brutale honnêteté. Un hymne à la conquête de la liberté. » Olivier Wyser, La Liberté
« Absolument bouleversant. Un bijou à savourer sans modération. » Radio Cité, Genève
« Une histoire en forme de manifeste, une déclaration d’amour, un film progressiste, un film féministe, humaniste, profondément intimiste aussi. Un film nécessaire. »  Julie Evard, RTS Le Journal 12:45
« Un film qui sort des sentiers battus et qui ouvre les esprits. Passionnant. » Daily Movies

Mon Tissu Préféré

Mon Tissu Préféré

La bourgeoisie de Damas avant la guerre, printemps 2011 : Nahla, 25 ans, est déchirée entre son ardent désir de liberté et l’espoir de quitter la Syrie et la menace quotidienne de la guerre.

Un mariage arrangé avec Samir pourrait la conduire aux Etats-Unis. Mais Nahla cherche le véritable amour et cherche refuge chez une voisine mystérieuse. Sur les traces de Belle de Jour et de Mille et une nuits, le film montre ouvertement et audacieusement, avec des images savamment composées et pleines de fantaisie, les bouleversements des idées de féminité et de masculinité au Moyen Orient.

Insulaire

Insulaire

Parfois la Suisse n’est qu’une île… Au milieu de l’océan Pacifique, un minuscule morceau de terre, appelé  Robinson Crusosé, abrite les descendants d’une colonie fondée par un aristocrate bernois. Ces insulaires isolés vivent de la pêche à la langouste et d’un peu de tourisme. Ils sont connectés au reste du monde par la télévision, internet et un navire qui vient du Chili pour les ravitailler une fois par mois. Ils aiment leur île, rude et inhospitalière et sont fiers de leurs origines et de leur culture suisse. Leur ancêtre Alfred von Rodt était un bouc émissaire de la noblesse bernoise. Epris d’aventure, il rompt avec sa famille, s’engage comme mercenaire et finit par créer un petit royaume sur cette île lointaine en 1877 sur lequel il règnera jusqu’à sa mort.

INSULAIRE raconte avec tendresse cette épopée par la voix de Mathieu Amalric. Et nous emmène à la rencontre de ces cousins lointains qui nous regardent avec un sourire en rêvant de liberté et d’indépendance.

L’Invité

L’Invité

Guido et Chiara sont en couple et vivent ensemble depuis un certain temps. Quand soudainement Guido se pose des questions sur l’éventualité de fonder une famille, Chiara lui avoue ses doutes sur leur relation. Vexé, il la quitte pour aller se réfugier chez des amis. Guido devient le témoin de la vie sentimentale des autres couples, chose à laquelle il ne s’y attendait vraiment pas. Cette expérience lui permettra d’apporter un regard différent sur sa vie et accepter l’idée que la fin d’une histoire d’amour coïncide avec des nouveaux départs.

Chris the Swiss

Chris the Swiss

Anja Kofmel admirait déjà son cousin Chris quand elle était petite fille. Sa mort mystérieuse au milieu des guerres yougoslaves en 1992 l’occupe encore aujourd’hui, car au moment de sa mort, le jeune journaliste suisse portait l’uniforme d’un groupe international de mercenaires. Pourquoi ? En tant que femme adulte, Anja décide de suivre son histoire. Elle essaie de comprendre la véritable implication de Chris dans ce conflit et nous emmne en Croatie. Elle raconte son voyage dans un beau mélange dans le documentaire et le film d’animation maintenant primé.

Vakuum

Vakuum

Au milieu des préparations pour son 35e jour de mariage, Meredith découvre avec surprise qu’elle est séropositive. En tant que transporteur, seul son mari André est remis en question. Plus la célébration du mariage se rapproche, plus fragile semble le mariage qui devrait être célébré. Courageuse, fâchée et pleine d’espoir, Meredith se rend compte qu’il ne peut y avoir un futur commun que si elle pardonne complètement à André. Mais combien de blessures l’amour endure-t-elle?

Clara Haskil – Le mystère de l’interprète

Clara Haskil – Le mystère de l’interprète

Mi-historique, mi-évocateur, le film rend compte de la trajectoire pour le moins mouvementée de la grande pianiste Clara Haskil. Pourquoi s’est-elle progressivement imposée comme une référence pour, aujourd’hui encore, fasciner autant ?

Cette question du mystère de l’interprète en sous-tend le propos et permet de découvrir celle que, de Vladimir Horowitz à Christian Zacharias, de Pablo Casals à Charlie Chaplin, considèrent comme une « interprète de génie ».